Emploi & FormationSupii Mecavenir

L’ingénieur Génie industriel pour accompagner la PME vers l’Industrie du Futur

Un socle scientifique et technique solide, le développement d’aptitudes au management et à la gestion de projet. Délivré en partenariat avec le CFAI Mécavenir, le diplôme d’ingénieur spécialité Génie Industriel du CNAM forme les ingénieurs indispensables aux PME pour accomplir leur mutation industrielle.

 

Former des ingénieurs capables d’appréhender des problèmes variés, allant des systèmes électriques à la mécanique : tel est l’objectif du diplôme d’ingénieur spécialité Génie Industriel délivré par le CNAM (Conser vatoire national des arts et métiers), en partenariat avec le CFAI* Mécavenir, membre du réseau Pôle formation des industries technologiques d’Ile-de-France.

« L’OFFRE DE FORMATION S’ADAPTE AUX MUTATIONS ÉCONOMIQUES »

Un diplôme créé à la demande d’industriels du Val-de-Seine pour répondre à l’évolution des besoins des entreprises en termes d’innovation, de créativité et de développement durable, mais aussi aux exigences liées aux progrès scientifiques et techniques, à l’évolution, à la diversification du marché de l’emploi et à la demande sociétale.

« L’offre de formation s’adapte aux mutations économiques qui s’annoncent, explique Nelson Guerreiro, directeur du développement et des relations industrielles de Supii Mécavenir, en tenant compte notamment de l’automatisation des process industriels, de l’émergence de nouvelles techniques en écoconstruction, déconstruction, énergétique et logistique. »

Pour mieux répondre aux besoins identifiés par les entreprises, le diplôme compte trois options métiers : électrotechnique, production automatisée et robotique industrielle. Cette dernière option vise à donner au futur ingénieur des compétences qui lui permettront de définir l’architecture générale d’une machine ou d’une ligne de production automatisée, en faisant dialoguer les équipements et les automates.

UN VÉRITABLE ACTEUR DE RÉSEAUX

« Les fluctuations du marché conduisent les entreprises à devenir très flexibles, à développer une organisation qui exige de la polyvalence, remarque Nelson Guerrero. La recherche de productivité suppose innovation et création, procédés et processus performants, modernisation et automatisation des équipements. L’ingénieur en génie industriel a donc un rôle essentiel à jouer dans l’entreprise. Il doit disposer non seulement d’un bagage scientifique et de connaissances techniques solides, mais aussi d’aptitudes à la conduite de projets et au management. »

Un véritable acteur de réseaux ouvert à l’international. À cela s’ajoute une capacité à anticiper les problèmes émergents et les besoins du marché. Disposer de telles compétences est un enjeu majeur pour l’industrie, notamment pour les PME-PMI qui représentent les deux tiers de l’emploi industriel en Europe. Aussi, le CFAI Mécavenir organise avec ses partenaires industriels des forums pour permettre aux industriels de rencontrer les jeunes admissibles, ainsi que les apprentis ingénieurs en fin de parcours de formation. * Centre de formation d’apprentis de l’industrie.

 

PROFIL DES APPRENTIS ET DES INDUSTRIELS
100 entreprises d’accueil, dont 73 % de la métallurgie.
55 % de PME, 12% d’ETI,
33% de grands comptes.
17 % de nouvelles entreprises
45 % des apprentis détenteurs d’un BTS, 30 % d’un DUT, 20 % de licences professionnelles, 5 % de classes préparatoires.
Print Friendly